Dans un mois j'atteins le terme de la grossesse pour BB 2 ! Alors on peut dire "plus qu'un mois", "rien qu'un mois", "encore un mois" (4 semaines et demi en fait).
Ca dépend des jours, les nausées matinales sont revenues (pas tous les matins), j'ai les chevilles qui sont enflées, j'ai les vergetures du bidou qui me démangent atrocement, j'ai l'utérus qui fait bien ses "contractions d'entraînement-pour-de-faux", et BB2 aime bien s'étirer de tout son long et danser le mambo-jumbo à toute heure de la nuit ou du jour (mais plutôt vers 2h30 du mat')... Glamour total.
Je me fais des minis-paniques toute seule chez moi par rapport à savoir quand est-ce que tu sais que le travail est commencé ? Et si j'étais en travail là mais que je ne le sache pas ?  

BB 2 à la dernière visite était en position "je suis prêt à sortir", très bas, très en train de peser sur la vessie et tout ce qui peut s'écraser en bas, sensation très agréable et pas du tout inconfortable (yes c'est ironique cette phrase). On a presque décidé de ce que l'on voulait pour l'accouchement... Mais je n'exclue pas de me dégonfler totalement au dernier moment et d'aller réclamer à genoux une césarienne programmée à tout moment (à partir de la semaine 39 en fait si tout va encore bien jusque là). Ben oui j'ai les boules, j'ai peur d'accoucher. Là. Qu'on ne me dise pas (ou arrête de me dire) "tu verras tu oublieras la douleur, y'a pas de raison que ça se passe mal et blablabla", j'ai peur, j'ai peur. Point. 

Donc après parlementation avec la sage-femme, l'obstétricien et la crémière, on est tous hyper d'accord qu'un accouchement par voie basse c'est trop mieux. Je suis d'accord (sauf que j'ai jamais accouché donc pour avoir un avis vraiment fondé faudrait déjà que je sache à quoi m'attendre mais bref je veux bien être d'accord), j'ai déjà eu la césarienne, là je connais, la méga perte de sang en plus, être dans les choux complètement stone pendant 24h, la douleur, la pompe à morphine et les 3 semaines qui suivent où tu marches courbée en deux, ou tu peux rien soulever, presque rien faire, là je connais et ouais effectivement si on peux éviter une ré-ouverture du bidon (au même endroit les gens, au même endroit, imaginez comment ça va être fragile cette zone ensuite), une opération chirurgicale pas du tout anodine mine de rien, moi je suis pour. Mais n'empêche que je ne sais pas ce que l'autre option vaut... Et puis qui dit 1ère césarienne dit que je ne peux pas vraiment avoir "l'accouchement de mes rêves". Moi je voulais accoucher dans l'eau à Theo, donc là je le dis encore "moi je veux accoucher dans l'eau, ou au moins être dans l'eau pour le travail". Ma gentille sage-femme (Janice) me regarde toute compatissante... déjà à Middlemore (l'hôpital où je vais accoucher - pas le choix vue que je suis "référée" là en tant que "grossesse à haut-risque") n'a pas de baignoire pour le travail (les nazes... Ils ont refait la maternité il y a 3 ans mais ils n'ont pas jugé utiles d'y installer des piscines ou des baignoires... Commentaire de Janice "ce sont des hommes qui ont fait les plans"), tu pourrais aller sous la douche MAIS vu que tu as cette cicatrice dûe à ta césarienne précédente, tu seras sous monitoring tout le temps - donc ben l'eau pas trop possible avec la machine. Tu ne pourras pas être trop mobile non plus car tu auras la machine tout le temps... Ouais ca s'annonce de mieux en mieux ce truc. Donc je vais accoucher couchée sur le dos dans une position complètement non-naturelle ? Super ! 
Ah oui et puis dès que tu sens que tu as de réelles contractions tu viens à l'hôpital car il faudra qu'on garde un oeil sur ta cicatrice et sur le BB tout le temps... Ca me rassure tout ça... Justement c'est ma question à 3 millions de dollars, "comment je sais que c'est des vrais contractions ?"... Janice me dit de venir dès que ça m'empêche de respirer ou de continuer mes activités normales... Ca me fait paniquer tout ça moi, je me mets en mini-panique seule chez moi "ça y est là je peux plus respirer... Ah si non, si, non, je sais pas, j'ai un peu mal, mais pas trop. On reste là hein j'ai pas envie de me faire bouler par la sage-femme de service de la maternité...". Bon parce que l'utérus qui se romp à cause de la cicatrice qui s'ouvre, c'est pas cool, en gros t'as peu de chance d'y survivre à moins d'être déjà à l'hôpital et près d'un bloc opératoire prêt à t'accueillir l'utérus les bras ouverts.  Bon, bon, très bien. Sinon hein quand même rajoute l'obstétricien (un immigré anglais avec un accent top BBC que je kiffe trop), avec une 1ère césarienne y'a 60 % de chances que le travail s'interrompe à un moment et donc dans ce cas-là on passe à la césarienne d'urgence de toute façon. Ah. Césarienne d'urgence, beaucoup plus risquée qu'une césarienne "programmée" car il faut "jouer" entre les contractions de l'utérus. A 40 % de chances de pouvoir accoucher par voie basse, accrochée à un monitoring tout pendant le travail, à surveiller la cicatrice, le BB (et moi ?), bon le tableau fait pas très envie... 
Ah oui et n'oubliez pas madame vous êtes Rhésus Négatif, c'est assez rare en NZ donc il faudra bien le rappeler aux sages-femmes présentes qu'elle vérifie tout saignement... (arrêtez là je vais partir en criant...). Ca sera dans votre dossier donc pas de panique mais quand même, Madame, Monsieur, assurez-vous qu'on vérifie bien le groupe sanguin de BB2 à sa naissance... Oh putain, tu veux pas que Kevan il me fasse la péridurale aussi ? Allez montres-lui où il faut enfoncer l'aiguille... Sur ces bons mots (en vérité on a causé, causé mais c'est toujours aussi embrumé et en mode panique dans ma petite tête), l'obstétricien nous sort "Bon voilà c'est tout pour aujourd'hui, au prochain rendez-vous on parlera des différentes options d'anti-douleurs pendant le travail"... Chouette, d'ici là je prierais moitié pour que BB2 se refoute en position siège comme ça on éviterait bien des décisions à prendre...