aujourd'hui pour Xana (surnommée Pépette ou Pépétina ou Puppet - pour Kevan qui n'arrive pas à prononcer Pépette) retour sur les premières semaines....

Les ami(e)s, quel tourbillon, quel chamboulement de passer de 3 à 4 ! Les premières semaines furent rudes, rudes, rudes ! Envie de partir en courant, de tout laisser. Envie de laisser un enfant en plan. Sentiment de culpabilité de ressentir cela. Culpabilité de ne pas être à 100% dispo pour Theo, culpabilité de lui faire endurer cela (le BB, le fait de n'être plus le "seul et l'unique" centre d'attention, le fait de lui dire d'attendre, de ne pas faire ci-ça pendant que j'allaite BB), culpabilité de se sentir énervé par sa présence (il se fait entendre, sentir, car il a sûrement peur d'être laisser à l'écart). Culpabilité par rapport au BB qu'on change, nourrit et qu'on "range" vite dans son lit, à l'écart de Theo et de nous pour qu'elle ne soit pas trop malmené. Culpabilité de ne pas passer plus de temps avec elle, de ne pas prendre 12 000 photos par jour, culpabilité de ressentir sa présence "de trop" parfois, qu'elle s'est inscrutée et cassée notre belle routine à 3. Culpabilité de se sentir coupable. Oui je sais. Et puis se retrouver à l'hôpital 3 jours après être rentrée à la maison, pour une infection dont les docteurs n'arriveront jamais à trop savoir d'où ça vient "sûrement une inflammation de l'utérus mais à re-vérifier dans 3 mois", les doses d'antibiotiques par intra-veineuses à faire mourir un cheval (mais 100% sûre pour le BB on continue à allaiter - les selles de BB sont vertes fluos ? Oui c'est normal.... OK... Des fois je suis septique mais je continue à obéir sagement), la fièvre, la fatigue. Sentiment d'échec total, je ne pourrais pas, jamais, comment font les autres pour continuer à vivre sereinement avec 2 voire 3 ou plus enfants ??
On retrouve les mêmes sentiments qu'au début à la maison avec Theo. Impression que l'on ne pourra plus jamais avoir une vie à l'extérieur, en dehors de la maison, que le BB dépend de nous entièrement, que si on disparaît 10 minutes, que si notre volume de lait s'épuise, BB va disparaître également. Enorme pression (inutile mais psychologique). On est juste une machine à lait, on ne vit que pour le BB. Xana en plus habituée à dormir sur moi à l'hôpital (trop naze et malade pour la sortir de son berceau) qui ne veut pas dormir dans son lit à la maison, elle dort donc sur moi pendant les 3 premières semaines. Donc sommeil "léger" car j'ai peur de rouler et de l'écraser.
Alors on prend au jour le jour, on ne se projette pas, même pas au lendemain. Et puis petit à petit, une routine s'installe, on voit le bout du tunnel, on commence à "former un lien d'amour éternel" avec son BB, puis le lien qui nous unissait au premier revient. Tout le monde trouve sa petite place, on s'aventure à l'extérieur (une heure 30 pour être prêts la première fois !), on reprend ses petites habitudes, on arrive même à trouver du temps pour souffler 5 minutes par ci par là. 
Et là ça fait 3 mois, 3 mois déjà ! Elle sourit, elle babille, quelle récompense. C'est génial de revivre toutes ces étapes avec # 2 ! Et avec #1 qui regarde et enregistre tout ce qui se passe (et qui commente !). Ca vaut le coup les gens, vraiment. C'est dur mais c'est génial. Et que de bonnes choses nous attendent encore ! Ca n'est que le début.... Vivement la suite !