Bon allez je m'y mets, ça fait longtemps que je veux mettre mes ressentis noir sur blanc... Ca fait donc un tout petit plus d'un an que nous sommes installés a Williamstown, quartier ouest de Melbourne.

Les premières semaines ont été occupées à nous familiariser avec le quartier, nous equiper des premières nécessités en attendant notre containeur (arrivé 5 semaines après nous). Nous avons donc fait camping dans la maison (maison trouvée par Kevan lors de son dernier passage à Melbourne - sinon nous aurions dû aller en hébergement provisoire et trouver une location). 

Quelles sont les premières démarches ? Ouverture d'un compte en banque (fait avant notre arrivée - lors de notre passage en octobre d'avant). Electricité, gaz et Internet (fait avant notre arrivée - à distance).

Kevan a commencé à travailler après quelques jours, à moi donc de m'occuper du reste. J'ai aussi été muté mais ai négocié ma date de reprise après l'arrivée de notre container, de façon à nous laisser le temps d'installer nos affaires et de "régler" les dernières questions administratives.... Je pensais ! C'est sans compter la lourdeur du système australien.... Venant de NZ où il faut le reconnaitre tout l'administratif est simple et rapide, le personnel la plupart du temps courtois.... La grosse claque en découvrant le système australien ! Venant de France ça m'aurait moins choqué je pense, mais après 12 ans en NZ je me suis rendue compte à quel point je m'étais "néo-zélandéisée !!".

Petite parenthèse sur les visas de travail. Il y a différents visas pour venir en Australie (notez que même en tant que touriste il vous en faut un). Seuls les citoyens NZ sont exempts de visas. Notre passeport NZais nous suffit pour nous ouvrir les portes de l'Australie (et de même un australien peut venir travailler en NZ sans visa).

Tout d'abord ça été l'inscription à l'école... Du quartier donc... Le formulaire d'inscription avec justificatif de domicile (école publique donc rattachée à la zone où l'on vit), certificat de vaccinations (pas que l'on refuse votre enfant s'il n'est pas vacciné mais vous n'aurez pas droit aux allocations et votre enfant devra rester à la maison en cas d'épidémie) et certificat de naissance. Le premier hic s'annonce avec le certificat de vaccination. Les vaccins exigés ne sont pas exactement les mêmes qu'en NZ (varicelle et une sorte de méningite en plus en Australie).... On me renvoit donc vers le médecin du quartier pour faire les vaccins manquants (qui seront les mêmes pour Xana je me doute pour une place en crèche....).

Une fois les vaccins faits, ne croyez pas (comme moi innocente que je suis !) qu'on va vous tamponner un papier et qu'on pourra terminer l'inscription à l'école. Non, bien sûr que non ! L'infirmière entre les détails des enfants dans le programme national des vaccins qui est centralisé et qui "parlera" ausi au système centralisé qui gère les allocations (ils sont malins les Australiens !)...Donc voilà le temps que "quelqu'un" active notre compte, que l'on rentre nos 2 enfants dans le "système"... On nous enverra un certificat de vaccination... Un jour.... (quelques semaines plus tard en fait).

Encore heureux l'école n'a pas fait trop de problème et Theo a pu commencer l'école sans son certificat de vaccination... Theo a donc commencé l'école 1 semaine après la rentrée "officielle". En Classe "Prep" (ou CP).... Je vous reparle de l'école australienne plus tard...

Une fois le cas Theo "réglé", nous sommes passés au cas Xana. Lui trouver une crèche car l'école ne commence que l'année des 6 ans dans l'Etat du Victoria... 2ème désenchantement... Les crèches de notre quartier sont toute archi-pleines et les listes d'attente plus que pleines... Nous nous sommes donc concentrés sur les crèches près de nos bureaux en centre-ville... Il y en a plusieurs et après plusieurs visites nous nous arrêtons sur Penguin Childcare... Xana fera une transition en douceur (une heure avec moi, une heure sans moi, une demie-journée sans moi). Elle était si heureuse de retrouver d'autres enfants, des nouveaux jouets et activités que cela s'est très bien passée ! Elle prendra donc le train avec nous le matin et le soir... Une nouvelle vie commence !

Par contre nous sommes choqués par le prix exhorbitants des crèches, même si le gouvernement offre des allocations sans plafond de revenus, la crèche de Xana occupera une grosse partie de notre budget Melbourne ! Nous comprenons toutes ces nannies ou au-pair que nous voyons....

En parlant d'allocations.... Une des démarches les plus importantes fut aussi de se procurer un numéro "Medicare" (ou un numéro de Sécurité Sociale)... Il faut donc se déplacer (tous !) au centre Centrelink rattaché à votre quartier (Centrelink c'est un organisme regroupant toutes les maillons sociaux - un genre de Caf, Sécu, ANPE sous le même toit ! Un seul endroit unique où faire toutes ses démarches - comme ça cca parait une bonne idée - mais bon le désenchantement est réel quand on est sur place et devons attendre notre tour - on ne prend pas RDV). Les fonctionnaires y travaillant étant aussi gentils que nos gentils fonctionnaires français de la Sécu ou de la CAF, c'est un bonheur d'y aller !

Notre première visite fut pour obtenir nos numéros Medicare, numéros magiques pour commencer toutes les démarches (on vous le demande partout). 10 minutes plus tard on sortait avec nos sésames (la carte Medicare mit quelques semaines à arriver chez nous). 

2ème visite pour faire une demande d'allocations pour la crèche de Xana - sur le site internet tout parait simple. En réalité ça l'est moins. A tel point que j'ai laissé tomber et suis allée sur place pour faire la demande avec quelqu'un directement.... Il faut d'abord faire une déclaration de revenus, puis une déclaration détaillée sur chaque personne de la famille, puis une déclaration sur ce que l'on veut demander comme allocations (il en existe un tas, à faire rougir la France !). De là on obtient un lot de numéros identifiants (un pour chaque membre de la famille). Avec ce lot de numéros, nous avons donc un compte Centrelink (et nous pouvons joindre nos différents comptes - Medicare etc - au compte Centrelink qui donc gère tout de façon centralisé). Un truc énorme, monstrueux, un éléphant de bureaucratie donc !! Après 3 visites et 3 différentes personnes, on m'a gentiment fait comprendre que dorénavant ils essayaient de pousser les gens à faire les démarches eux-mêmes depuis leur ordinateur !! Ahah mais c'est pour ça que je viens, j'y arrive pas toute seule !! Bref, je me suis revue à mes beaux jours en train de râler à la Caf ou la Sécu (au choix Angers, Champigny Sur Marne...). Après quelques semaines et des résultats navrants - Xana avait commencé la crèche du coup et moi le boulot... Un enième coup de téléphone pour relancer le dossier (et avoir patientée au moins quelques heures une gentille dame a enfin activé notre dossier !!). Du coup une fois dans le système, tout fonctionne bien mais que c'est compliqué de tout mettre en place !!! 

Nous recevons donc des allocations (que nous pouvons appeler allocations familiales histoire de bien vous faire comprendre à quoi cela correspond) pour la crèche de Xana et pour la périscolaire et centre aéré de Theo. Il faut que les centres soient agrées par le gouvernement et les enfants vaccinés. Il faut également que vous ayiez un visa vous offrant droit aux allocations (pas tous le sont). Le plafond est de 7 500 AUD par an (5 315 euros à peu près) par enfant. Inutile de dire que cela couvre seulement un quart du coût de la crèche... Oui les crèches sont très très très chères en Australie.

Toutes ces démarches barbantes et un peu déprimantes en soit m'on un peu sappée l'excitation des "premières semaines" en Australie.... On rajoute aussi que Kevan a du voyager dès la 2ème semaine ? Nous laissant tous les trois dans une maison sans meuble ??

Puis c'était l'étape "trouver une voiture"...

Il a aussi fallu "transformer" notre permis de conduire NZais en permis de conduire Victorien... Je vous en reparle plus tard...

Plus tard je vous raconte mes premiers pas dans mon nouveau boulot...